Menu
accompagnament

Accompagner en temps de déconfinement

Déconfinement

(Image © Depositphotos, montage : Josée Richard)

En bref : On a beau nous inviter à se déconfiner, mais comment cela se fera-t-il? Quelques pistes pour prendre soin  en cette  période de déconfinement.

Pour reprendre une publicité passée, cette chronique est conçue pour chacune et chacun de nous mais assez forte pour nous aider à  intervenir auprès d’autres personnes.

Suite au confinement collectif imposé, un appel au déconfinement collectif nous est adressé.  On nous invite à sortir, à s’ouvrir en tenant compte de règles et de consignes précises qui évoluent.

Cette fois-ci, nous sommes libres de sortir de notre isolement. Mais nous ne sommes pas entièrement libres de procéder tout-à-fait à notre goût.

Comment je réagis à cette possibilité de liberté comme «encadrée»?

On le sait bien, il ne sert à rien d’occulter ses sentiments ou ses émotions. J’ai le droit de les ressentir, de les vivre. Et je peux en faire part aux personnes de confiance dans mon réseau. Ces émotions m’appartiennent. Elles parlent de moi. On le dit, la pandémie, son entrée tout comme sa sortie, nous révèle à nous-mêmes.

Qu’est-ce que mes réactions inhérentes à cette pandémie disent de moi?
Est-ce que je suis surpris.e ou est-ce que je le savais déjà?

Il nous est de plus en plus permis d’entrer en relation, en interaction avec d’autres personnes qui se déconfinent, tout comme nous. Tout comme moi, elles réagissent intérieurement d’une certaine façon.

Comment j’envisage mes interactions avec mes semblables? Est-ce que je procéderai de façon identique avec tout le monde dans chaque situation?

En fait, certains comportements chez les autres peuvent nous inspirer méfiance. Nous pouvons développer une certaine vigilance d’une part, et apprendre à se faire respecter d’autre part.

SI je me permettais de visualiser et de m’entendre émettre des consignes pour me respecter et me faire respecter…

Diverses  mesures de protection sont à ma disposition. Est-ce que je les connais bien?

Et enfin, des changements sont à prévoir. Des changements dans nos habitudes. Prendre des rendez-vous, attendre en ligne à l’extérieur, etc. Presque toutes les entreprises ont adopté de nouvelles façons de faire, mis en place de nouvelles configurations de leur emplacement.

On dit que des changements risquent d’être anxiogènes, davantage chez certaines personnes. Et chaque étape du déconfinement amène son lot de nouveautés. Et son lot d’anxiété.

Comment ai-je tendance à réagir à un changement?
Ou encore à des changements, coup sur coup?

Prendre le temps d’explorer mes ressources internes sur lesquelles je peux compter, m’appuyer  pour traverser ce déconfinement.

Et autour de moi, y a-t-il des ressources qui pourraient m’être utiles?
Des personnes, des organismes, des lectures, des exercices, etc?
Suis-je capable d’y avoir recours?
Qu’est-ce qui m’en empêcherait?

Une bonne façon d’aborder la nouveauté, et de désamorcer un tant soit peu l’anxiété ou la résistance, consiste à s’informer auprès de l’endroit à visiter afin de savoir comment ils fonctionnent maintenant. On peut aussi  prendre le pouls auprès de personnes qui ont fréquenté cet endroit. Une sortie, une visite en éclaireur me permettra  dans un premier temps de me familiariser un peu avec le nouvel environnement et les nouvelles procédures.

Bref, le meilleur conseil  pour soi et à proposer aux personnes que l’on accompagne est de se respecter. Autant le confinement a fait appel à la solidarité pour se protéger mutuellement, autant le déconfinement appelle ce respect de soi. Respecter son propre rythme. Évaluer notre réaction à chaque pas, à chaque nouvelle étape du déconfinement. S’assurer de procéder selon sa propre capacité, sans comparaison aucune avec qui que ce soit. Se donner la permission qu’un certain bien-être pour ne pas dire un certain confort puisse s’installer à nouveau. Tranquillement. Avec parfois des avancées et des reculs. Tout comme la vie, quoi!

Pendant la pandémie, le gouvernement a mis le Québec sur pause. Tout était arrêté ou presque. Le même mot «pause» s’applique aussi sur une note plus positive au temps d’arrêt que suggèrent les vacances. Justement, l’équipe de l’OCQ vivra sa pause annuelle, ses vacances pendant la période de juillet. Nous vous souhaitons sincèrement d’en vivre un temps de pause, mais choisi celui-ci. Un bon temps de pause. Sans doute, sera-t-il différent, réinventé compte tenu de notre contexte, pour employer ce mot à la mode. Mais qu’il apporte un peu de baume à ce temps de morosité qui a été le nôtre. Bonnes vacances!

Mario Mailloux
Office de catéchèse du Québec

 

 

Zileos est un mouvement catholique rassemblant des jeunes de 11 à 25 ans en quête de sens, dans un esprit œcuménique : https://www.zileos.org/fr/

 

Animer un groupe

Accompagner des personnes

Autres ressources

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription